Signer le référendum

NON À LA SUPPRESSION ARBITRAIRE DE 4’000 PLACES DE STATIONNEMENT!

Préservons les places de stationnement des habitants et des visiteurs du centre-ville


NON à la suppression arbitraire de près de 20% des places de stationnement en zone bleue et horodateurs


NON à une politique de pénalisation envers les détenteurs de macarons en zone bleue et tous ceux qui font vivre la ville


NON à une loi qui n’anticipe pas l’impact des tendances et des nouvelles formes de mobilité

Comment signer?

Télécharger et envoyer

Téléchargez le document pdf pour signature et faite-le nous parvenir par courrier postal :

  • TCS Genève, Quai Gustave-Ador 2, 1207 Genève
  • NODE, Rue de Malatrex 14, 1201 Genève

Nous pouvons vous en faire parvenir sur demande avec coupon-réponse

Signer sur place

Vous pouvez remettre vos documents en main propre ou procéder à la signature sur place auprès du TCS Genève :

Argumentaire

Les promoteurs de la loi votée pour le Grand-Conseil le 12 septembre dernier motivent la suppression massive de 4’000 places (20 % du stationnement disponible) par la nécessité de fluidifier le trafic. Or les axes actuellement congestionnés et à la circulation difficile (par ex. les rues de Lyon, de la Servette, de Chantepoulet, des Alpes, des Terreaux-du Temple, les ponts du Mont-Blanc et de la Coulouvrenière, les quais Wilson, du Mont-Blanc et Gustave-Ador, les route de Chancy, des Acacias, de Chêne, de Malagnou, de Frontenex, le carrefour du Grand-Lancy), ne le sont de toute évidence pas à cause de la présence de places de stationnement,  mais en raison de la régulation des feux.

Préservons les places de stationnement des habitants et des visiteurs du centre-ville

En réalité, l’adoption de cette loi induirait des bouleversements considérables: la suppression de 4’000 places pénaliserait les détenteurs de macarons en zone bleue et tous ceux qui font vivre la ville, les habitants, les visiteurs, ainsi que les commerçants et leurs clients. Sur ce dernier point, il convient d’être prudent compte tenu des achats en ligne qui augmentent et de la concurrence des supermarchés en France voisine avec la hausse du franc suisse par rapport à l’Euro.

Contre une loi qui n’anticipe pas l’impact des tendances et des nouvelles formes de mobilité

Dans un espace urbain restreint, de grande valeur, la gestion du stationnement joue un rôle clé dans la politique de mobilité. La démographie et la densification urbaine font pression non seulement sur les besoins en infrastructures ferroviaires et routières, mais également sur le stationnement. Les nouveaux projets immobiliers comptent moins de places en sous-sol, tandis que l’utilisation de la voiture pour la mobilité d’achats et de loisirs demeure prépondérante et augmentera de 18% d’ici à 2040, selon les projections de la Confédération (+ 32 % de trajets pour les loisirs et + 38 % pour les achats).


REFERENDUM CANTONAL
CONTRE LA LOI D’APPLICATION DE LA LÉGISLATION FÉDÉRALE SUR LA CIRCULATION ROUTIÈRE (LALCR) (H 1 05 -12417) DU 12 SEPTEMBRE 2019

Les citoyennes et citoyens soussigné-e-s, électrices et électeurs dans le canton de Genève, demandent, conformément aux articles 67 à 70 de la Constitution de la République et canton de Genève du 14 octobre 2012 et aux articles 85 à 94 de la loi sur l’exercice des droits politiques, du 15 octobre 1982, que la loi modifi ant la loi d’application de la législation fédérale sur la circulation routière (LaLCR) (H 1 05 – 12417), du 12 septembre 2019, soit soumise à la votation populaire. La signature doit être apposée personnellement à la main par le ou la signataire. Cela ne s’applique pas à la personne incapable de le faire par elle-même pour cause d’infirmité. Seul-e-s les électrices et électeurs de nationalité suisse ayant leur droit de vote sur le canton de Genève peuvent signer ce référendum cantonal. En matière cantonale, les électrices et électeurs dès 18 ans, de communes diff érentes, peuvent signer sur la même feuille. Les Suisses vivant à l’étranger et ayant leur droit de vote sur le canton de Genève peuvent signer ce référendum en inscrivant leur adresse à l’étranger. Celui qui appose une autre signature que la sienne ou plus d’une signature est passible d’une amende administrative pouvant s’élever à 100 F. Les signatures obtenues par un procédé réprimé par la loi doivent être annulées (art. 87, al. 1, lettre b, et art. 91 de la loi sur l’exercice des droits politiques, du 15 octobre 1982)


Nous contacter

Suivez-nous




Quai Gustave-Ador 2,
1207 Genève
Tél: 022 735 46 53




Rue de Malatrex 14,
1201 Genève
Tél: 022 338 27 27